Choisir les bonnes expressions pour s’adapter à son interlocuteur

Un modèle à la fois simple et riche

Nous sommes tous une combinaison unique des 6 types de personnalités : 720 structures d’immeubles possibles, soit 4 320 combinaisons en tenant compte des changements de phase éventuels et une infinité de possibilités en intégrant les niveaux d’énergie disponibles à chaque étage.
Le niveau d’énergie maximum se situe à la base. Il décroît au fur et à mesure que l’on monte dans les étages. Ce qui compte, c’est notre capacité à prendre notre ascenseur pour circuler dans nos étages.
Le changement de phase

A) La base

Le type de personnalité de base (le rez-de-chaussée) se développe au tout début de la vie et ne change plus. Notre base conditionne nos besoins les plus profonds et notre façon d’être : elle est notre langue maternelle.

B) La phase

Une personne change de phase lorsque son besoin psychologique dominant (voir outil n° 23) change de manière durable. Cela se traduit par un changement de motivations et de comportements, en particulier sousstress. Ce changement peut s’opérer lorsque la personne est confrontée à un événement entraînant un stress important et durable. Un nouveau changement de phase se fera à l’étage immédiatement supérieur

C) Les comportements sous stress

La personne va rentrer sous stress lorsqu’elle est confrontée à un canal de communication qui ne lui convient pas et/ou parce que ses besoins psychologiques dominants ne sont pas satisfaits.
En fonction de l’intensité du stress, la personne adoptera les comportements sous stress de sa Phase actuelle ou, sous stress plus intense, ceux de sa Base. Quand nous sommes sous stress, nous sommes en mécommunication et nous sortons de la position ++.

Les séquences de stress se décomposent en 3 niveaux.

Niveau 1 : les drivers

Les comportements drivers reflètent une position de vie conditionnelle de la personne soit pour elle-même :
” j’ai de la valeur si… “, soit pour l’autre : ” cous avez de la valeur si… “.
Les drivers pour soi : vous êtes +, je suis + à condition de…
Les conditions sont : être parfait, faire plaisir, être fort, faire des efforts
Les drivers pour l’autre : je suis +, vous êtes + à condition de…
Les conditions sont : être parfait, être fort.

Niveau 2 : les mécanismes d'échec

Si la personne continue à être confrontée à un canal de communication qui ne lui convient pas et/ou que ses besoins psychologiques dominants ne sont toujours pas satisfaits, elle va montrer les mécanismes d’échec caractéristiques de sa phase actuelle. En fonction du type de personnalité, elle va passer en position +/- par exemple en attaquant ou -/+ en se positionnant en tant que victime.

Niveau 3 : 3° degré

La personne passe en position de vie -/- : ” je n’ai pas de valeur, tu n’en as pas non plus “. On parle de masque du désespéré qui est identique pour tous les types de personnalité.
Utiliser le canal de communication adapté et satisfaire les besoins psychologiques pour maintenir une communication efficace.
CAS : Parler la même langue que son interlocuteur

Le problème

Thibaud, directeur financier d’un grand groupe de services, est reconnu pour sa conscience professionnelle, son sérieux et son sens de l’organisation. Il rencontre des difficultés de communication avec Pierre, l’un de ses correspondants dans une filiale du groupe. S’il reconnaît l’efficacité de sa contribution, Thibaud est indisposé par les comportements de Pierre qu’il juge désinvolte et il goûte peu son humour. Il considère que consacrer du temps à plaisanter est une perte de temps et que l’on est là pour travailler.

La solution

Formé à la ProcessCom®, Thibaud prend conscience qu’il est de base Persévérant : il communique de manière naturelle sur le canal interrogatif/Informatif. Il identifie que Pierre est quant à lui de base Rebelle, type de personnalité qui est peu développé chez lui. Ils ne parlent pas la même langue. Il décide de ” prendre l’ascenseur ” et de monter à son étage Rebelle : il prendra désormais contact avec son interlocuteur sur un mode ludique et il cherchera à détendre plus l’atmosphère.